accueil / Home
          retour recherche
return research

Et maintenant,
la solitude ?
 
     de mars à octobre 2020
   retour Inventaire
return inventory





 






 




 









Tout a été dit, ou presque. On l'a d'abord appelée "le Coronavirus", puis "la Covid". C'est une pandémie qui bouscule complètement notre vie sociale et économique. Elle s'est installée et nous a imposé une relation de distance que l'on ne connaissait pas et qui nous trouble. Tout est en suspend pour ne pas dire en dislocation. La vie sociale devient solitaire, anxiogène, avec un avenir de ce fait sombre. Et puis, il y a l'information de plus en plus virtuelle qui pose le problème de sa pertinence. Nos idées ont tendances à se forger à travers ces images dont on ne cherche pas le sens, on se contente de les consommer. Ce n'est pas le première fois que l'on subit ce genre d'attaque, avec des ravages beaucoup plus importants, mais là, elle nous fait la démonstration des effets pervers de ce que l'on défend, depuis l'arrivée de ce que l'on appelle "l'ère anthropocène", sous le visage du capitalisme et de la mondialisation. Et puis, pour ajouter au trouble du trouble, on invente deux types d'êtres : les essentiel et les non-essentiel. Ces deux notions étant à la convenance de l'économie et non de l'humain. Ceux, à qui nous déléguons nos pouvoirs pour gérer  nos sociétés  de façon équitable  n'ont fait que  complexifier  le problème. Est-ce par incompétence ou cynisme, je ne saurai le dire mais le résultat est là, on vit au jour le jour depuis le mois de mars 2020 avec une sortie du tunnel incertaine.